View all essays

Tribune : La Séduction du désastre

Pascal Bruckner n'est franchement pas mon copain, mais comme lire ses ennemis force toujours à travailler ses arguments, j'aime bien les interrogations qu'apporte cette tribune qui relativise un peu la tendance post-apocalyptique, dont je suis pourtant friand en termes artistiques.

Dans une société laïque, le prophète n'a d'autre viatique que son indignation. Il arrive alors qu'enivré par sa propre parole, il s'arroge une légitimité indue et appelle de ses voeux la destruction qu'il prétend récuser. Tel est le renversement : l'Apocalypse devient pour ses partisans notre seule chance de salut. Comme ces réactionnaires qui, dans les années 1960-1970, souhaitaient aux jeunesses européennes une bonne guerre pour les calmer, nos atrabilaires espèrent que nous allons toucher le fond pour nous éveiller enfin. Vous méritez une bonne leçon, vous n'avez pas assez souffert, vous devez en baver ! C'est un véritable voeu de mort qu'ils adressent alors aux populations. Ce ne sont pas de grandes âmes qui nous mettent en garde, mais de tout petits esprits qui nous souhaitent beaucoup de malheurs si nous avons l'outrecuidance de ne pas les écouter. La catastrophe n'est pas leur hantise, mais leur jouissance la plus profonde.

  • Article : Le syndrome Vélib’, ou comment changer pour faire…

    Un article à faire lire dans toutes les écoles et formations de la start-up nation, de managers imbus de leur "créativité" et autres viviers de médiocres innovants.

    Félin

    J'ai un chtar sur le tarin, Il ressemble à un carafon de vin, J'ai piqué un fard devant ton vagin, Je suis reparti bondir sur la nuit tel un félin.