Viewing all essays in Recentrer

L'Europe du XXIème siècle selon Saint-Just

"Nous avons raté la marche. (...) Ce qui peut nous rester d'une vision épique de l'Histoire, ne devrions-nous pas l'enterrer au plus vite si nous voulons vivre heureux au 21ème siècle de notre air et non au 19ème. Verdun, Stalingrad, Hiroshima, Alger, Hanoï, Caracas, des millions de morts, des déluges de souffrances indicibles, dans quel but finalement ? Il m'arrive de penser que notre indifférence au destin collectif, notre repli sur la sphère privée, notre lente sortie de scène, ne sont pas qu'un lâche soulagement mais un épanouissement de la prophétie de Saint-Just : "Le bonheur est une idée neuve en Europe". En conséquence de quoi, il y a plus de sens et de dignité dans des luttes pour la qualité de l'air, l'égalité des droits entre homos et hétéros, la sauvegarde des espaces verts et les recherches sur le cancer que dans de sottes, et vaines, querelles de tabouret sur un théâtre d'ombre." - Régis Debray

Ces mots du philosophe ont été publiés en 2013 dans les colonnes du Monde Diplomatique, sous forme de lettre ouverte destinée à celui qui fut ministre des affaires étrangères jusqu'à 2002. Ils ont été repris ces derniers jours dans un podcast du Monde Diplomatique, consacré à ce qu'il est désormais convenu d'appeler "La crise des sous-marins". Huit ans après avoir été écrites, ces phrases sont une précieuse adresse à l'époque, où l'orgueil occidental, européen puis national continue encore et toujours de ne pas se situer là où il devrait.

Des jouets pas comme les autres

Cela faisait longtemps que je voulais évoquer ces deux séries du photographe Gabriele Galimberti.

La première s'appelle Ameriguns. La seconde s'appelle Toy Story. Et je crois que les confronter l'une à l'autre en dit beaucoup sur le monde dans lequel on vit. Mais également qu'elle exprime ce qu'il se passe parfois entre l'enfance et l'âge adulte.

Ameriguns

Pour la série Ameriguns, le photographe italien est parti du constat qu'aux États-Unis, le nombre d'armes en circulation est supérieur à celui de la population. Il a donc décidé de parcourir le pays pour rencontrer les Américains qui possèdent plus d'une arme. Devant l'objectif du photographe, les "fiers propriétaires" d'armes à feu - pour reprendre les mots de Gabriele Galimberti - posent avec leur collection. Généralement, les armes de guerre sont légions, et quasiment toutes sont automatiques. Il y a ici peu de place pour les armes de collection historiques. Les personnes photographiées par Gabriele Galimberti considèrent les mousquets ou les pistolets d'ordonnance comme bien accessoires.

Read more

L'antiracisme universaliste a abouti sur une impasse

La réalité des violences policières a été plus particulièrement mise en lumière ces dernières années. Ce sujet n'est plus seulement approprié par des activistes, des antiracistes, ou des minorités, bien qu'elles soient les plus largement touchées. Que ce soit grâce à la démocratisation du smartphone et celle des réseaux sociaux, qui facilite l'enregistrement et la diffusion de l'existence de ces violences, ou bien le mouvement des gilets jaunes, la part de la population française consciente que la police peut être un danger mortel a augmenté ces dernières années. Pour ma part, je le sais depuis que j'en ai été victime, et je le raconterai peut-être ici, si toutefois j'arrive, un jour, à m'emparer de mon expérience personnelle avec calme et méthode, chose que je n'arrive toujours pas à faire 18 ans plus tard.

De l'autre côté de l'Atlantique, c'est également un sujet, qui n'a rien de nouveau. Pour les gens de ma génération, le tabassage de Rodney King en est le parfait exemple. Depuis, ça n'a pas empêché les coups et la mort de continuer à pleuvoir aux USA, particulièrement envers la communauté noire. Ces derniers jours, George Floyd est décédé, tué à Minneapolis par un officier de police qui a le profil parfait de la perversité que créé le pouvoir : celui de la violence "légitime" (j'ai beaucoup de choses à dire sur cette expression, mais là n'est pas le sujet).

Read more

Tribune : La Séduction du désastre

Pascal Bruckner n'est franchement pas mon copain, mais comme lire ses ennemis force toujours à travailler ses arguments, j'aime bien les interrogations qu'apporte cette tribune qui relativise un peu la tendance post-apocalyptique, dont je suis pourtant friand en termes artistiques.

Dans une société laïque, le prophète n'a d'autre viatique que son indignation. Il arrive alors qu'enivré par sa propre parole, il s'arroge une légitimité indue et appelle de ses voeux la destruction qu'il prétend récuser. Tel est le renversement : l'Apocalypse devient pour ses partisans notre seule chance de salut. Comme ces réactionnaires qui, dans les années 1960-1970, souhaitaient aux jeunesses européennes une bonne guerre pour les calmer, nos atrabilaires espèrent que nous allons toucher le fond pour nous éveiller enfin. Vous méritez une bonne leçon, vous n'avez pas assez souffert, vous devez en baver ! C'est un véritable voeu de mort qu'ils adressent alors aux populations. Ce ne sont pas de grandes âmes qui nous mettent en garde, mais de tout petits esprits qui nous souhaitent beaucoup de malheurs si nous avons l'outrecuidance de ne pas les écouter. La catastrophe n'est pas leur hantise, mais leur jouissance la plus profonde.

edit : J'ai depuis eu l'occasion de lire les déclarations de Pascal Bruckner à propos de Rokhaya Diallo ou encore Yassine Belattar. Eh bien... Je crois que je me garderai bien à l'avenir de citer la plupart des intellectuels français ayant accès aux médias...

Reportage : France Info, le crack et le nord de Paris

Reportage un peu sensationnaliste et parfois hilarant, alors qu'il traite d'un problème qui n'est pas drôle du tout (et que je connais pas trop mal) : le crack au nord de la capitale.

Une des raisons pour lesquelles c'est drôle, c'est qu'on y apprend que la gentrification a pour motivation de s'endetter vingt-cinq ans pour se persuader de vivre dans le quartier d'Amélie Poulain tout ça pour finir traumatisé par des toxicomanes qui divaguent (au sens propre et figuré) la nuit pendant que les gentils gentrificateurs sont au chaud dans leur lit :

"Dans le 10e arrondissement voisin, la proximité du canal Saint-Martin et le prix du mètre carré ont fait de ce quartier un endroit prisé des CSP+ souhaitant devenir propriétaires. Certains, qui rêvaient d'un quotidien à la Amélie Poulain, tombent de haut. "C'est un quartier mixte, très agréable pour certaines choses, mais je peux vous dire qu'on est loin de l'image idyllique des films quand on est réveillé à 4 heures du mat' par des junkies qui hurlent sous votre fenêtre", raconte Anouck, qui regrette aujourd'hui de s'être "endettée sur vingt-cinq ans" pour acheter son appartement."

Après, certains osent encore se demander pourquoi cette ville se marche de plus en plus sur la tête.